Six à neuf années d'études sont nécessaires pour devenir chirurgien-dentiste. L'habileté manuelle et la sûreté du geste sont nécessaires pour soigner une carie, poser un implant ou adapter un appareil dentaire.

L’assurance responsabilité civile professionnelle est au centre de l’ensemble de toutes les pratiques du chirurgien-dentiste : les douleurs des patients et les gênes sont des facteurs aggravant le taux de réclamation. Sans parler d'opérations plus lourdes, comme l'extraction d'une dent de sagesse ou la réalisation d'une greffe osseuse ou gingivale.

Sa responsabilité civile est valable lors des soins « au fauteuil » mais également lors de consultation de conseils et de prévention.

Les pratiques du chirurgien-dentiste

Soins et appareillage : Son domaine d'intervention ? Les dents, les gencives et les mâchoires. Avant tout, il pose son diagnostic, effectue des radiographies si nécessaire. Puis il réalise les soins, au besoin prescrit des médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires...). Il choisit et adapte un appareillage (une couronne, un bridge...), qu'il fera réaliser par le prothésiste dentaire. Auparavant, il prend des empreintes ou effectue des moulages de la dentition de ses patients pour une adéquation parfaite des prothèses. S'il est spécialisé en orthodontie, il se consacre à l'implantation des dents et à l'articulation des mâchoires.

Des opérations délicates : Chirurgien de formation, le dentiste peut mener des interventions chirurgicales, sous anesthésie, directement dans son cabinet ou à l'hôpital. Par exemple, il extrait des dents de sagesse, réalise une greffe de gencive lorsque les dents se déchaussent, implante des pivots dans l'os de la mâchoire. Son intervention doit restaurer l'efficacité de la mastication, mais elle a aussi des visées esthétiques.

Conseils et prévention : Comme nous l’évoquons plus haut, un autre pan de son travail  consiste à  donner des conseils en matière d'hygiène bucco-dentaire ou d'alimentation, effectuer des visites de contrôle (dépistage, bilans...) ou un détartrage destiné à diminuer les risques de problèmes dentaires.

Responsabilité : Abcès gingival, dent cariée, les problèmes de dent peuvent vite dégénérer... Et certains patients sont à risques (problème cardiaque, par exemple). Intervenant tantôt dans l'urgence, tantôt dans la durée, le chirurgien-dentiste est pleinement responsable des soins qu'il dispense. La choix de la bonne équipe pour le défendre sur ces risques de mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle est important. 

Les conséquences pécuniaires couvertes par la RCP

  • Dans les activités de prévention, de diagnostic ou de soins réalisées au sein de l’établissement de santé et/ou du cabinet de ville.
  • A la suite d’actes effectués dans le cadre du devoir d’assistance à personne en péril.
  • En raison de fonctions d’expertise médicale ou d’enseignement.
  • Dans le cadre de l’exploitation du cabinet de ville (disparition ou détérioration d’objets de la clientèle, atteintes accidentelles à l’environnement…).

La Protection Juridique Vie Professionnelle incluse

Pour une prise en charge (selon le contrat) :

  • De la défense des intérêts de l’assuré devant toute juridiction, notamment pénale ou ordinale et pour tout litige résultant de son activité professionnelle.
  • Des frais d’assistance et de représentation dans le cadre d’une procédure amiable ou judiciaire.

Possibilité de renforts des plafonds de remboursements. Nous sommes à votre écoute pour évoquer la solution la plus adaptée à vos besoins.

Les points forts du contrat RCP médical proposé par l'AMIF

  • Des tarifs adaptés pour jeunes praticiens en première installation libérale.
  • La prise en charge de la couverture du remplaçant jusqu’à 30 jours par année.
  • Une défense médico-juridique optimale assurée par un réseau d’experts reconnus en RCP médicale.
  • La possibilité de paiements échelonnés sans frais.
  • Une offre éligible à l’aide à la prime pour souscription RCP de l’assurance maladie.

Vous êtes chirurgien-dentiste ? Demandez une étude gratuite